L'En Dehors et vous

Soutien
Vous pouvez aider à régler les frais d'hébergement sur le serveur, en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors


Rubriques

Liens

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Archives par rubriques

L'En Dehors


Mercredi (23/04/14)
"Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle",
Lu sur UtopLib : « Partout dans le monde, des mouvements contestent l'appropriation par une petite oligarchie des ressources naturelles, des espaces et des services publics, des connaissances et des réseaux de communication. Ces luttes élèvent toutes une même exigence, reposent toutes sur un même principe : le commun.

Pierre Dardot et Christian Laval montrent pourquoi ce principe s'impose aujourd'hui comme le terme central de l'alternative politique pour le XXIe siècle : il noue la lutte anticapitaliste et l'écologie politique par la revendication des "communs" contre les nouvelles formes d'appropriation privée et étatique ; il articule les luttes pratiques aux recherches sur le gouvernement collectif des ressources naturelles ou informationnelles ; il désigne des formes démocratiques nouvelles qui ambitionnent de prendre la relève de la représentation politique et du monopole des partis.


Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 14:15 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


La guerre des mondes de pauvres
Lu sur CQFD : "Le règne du libre-échange a ceci d’admirablement cohérent qu’il ne se contente pas d’orchestrer la guerre des pauvres à l’échelle des individus. La mise en concurrence de chacun contre tout le monde autour de l’os à ronger des emplois délocalisables ne s’acharne pas seulement sur les travailleurs du premier monde et les forçats d’Asie, d’Afrique du Nord ou d’Europe de l’Est : elle attise aussi les rivalités entre pays « low cost ». Depuis quelques mois, le gouvernement du Bangladesh scrute avec consternation les accords de libre-échange que l’Union européenne est en train de négocier dans son dos avec l’Inde et le Vietnam. S’ils aboutissent, ces accords ouvriront les vannes aux exportations de textile indien et vietnamien à destination du marché européen. Pour le Bangladesh, qui écoule 65 % de sa production de liquettes vers l’Europe, les conséquences seraient évidemment calamiteuses. «  Nous risquons de perdre une bonne partie de nos bénéfices à l’exportation », s’alarme le Daily Star, un quotidien bangladais proche du pouvoir. Lequel prédit, sur la foi d’un calcul d’une précision ésotérique, une « chute du produit intérieur brut de 0,27 % » (05/03/14).
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 14:00 dans la rubrique "Actualité".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


L’Unique et sa propriété, Première partie - L’Homme

Lu sur non-fides : "Qu’y a-t-il qui ne doive être ma cause ! Avant tout la bonne Cause, puis la Cause de Dieu, la cause de l’humanité, de la vérité, de la liberté, de la justice, la Cause de mon peuple, de mon prince, de ma patrie et jusqu’à Celle de l’esprit et mille autres. Seule, ma Cause ne doit être jamais ma cause. « anathèmme sur l’égoïste qui ne pense qu’à soi ! »

- Voyons donc comment ils l’entendent, leur Cause, ceux-là même qui nous font travailler, nous abandonner, nous enthousiasmer pour elle.

Vous savez à merveille annoncer de Dieu maintes choses essentielles, tout le long du siècle vous avez « scruté les profondeurs de la divinité » et vous lui avez vu jusqu’au cœur, de sorte que vous pouvez parfaitement nous dire comment Dieu traite lui-même « la Cause de Dieu » que nous avons pour mission de servir. D’ailleurs vous ne faites pas mystère des agissements du Seigneur. Maintenant, qu’es-ce que sa Cause ? A-t-il, comme on l’exige de nous, fait sienne une Cause étrangère, la Cause de la Vérité, de l’Amour ? Cette incompréhension vous révolte et vous nous enseignez que certes la Cause de Dieu est celle de la Vérité et l’Amour, mais cette Cause ne peut lui être étrangère parce que Dieu est lui-même Vérité et Amour ; dire que Dieu favorise une Cause étrangère comme la sienne propre, c’est l’égaler à nous, pauvres vers de terre ; cette supposition vous est insupportable. « Dieu embrasserait-il la Cause de la Vérité, s’il n’était lui-même la vérité ? ». Il n’a souci que de sa Cause, mais comme il est tout dans tout, tout est sa Cause. Mais nous, nous ne sommes pas tout dans tout, et notre cause est infiniment petite et méprisable ; c’est pourquoi nous devons servir « une Cause plus haute ». — Maintenant, c’est clair, dieu ne s’inquiète que de soi, ne s’occupe que de soi, ne pense qu’à soi, et n’a que soi en vue ; malheur à tout ce qui ne lui est pas agréable. Il ne sert pas un plus Haut et se borne à se satisfaire. Sa Cause est une cause purement égoïste.

Lire la suite ici

Mis en ligne par endehors, a 13:56 dans la rubrique "Histoire de l'anarchisme".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Mortalité des abeilles : non-lieu pour Bayer
Lu sur le Monde : « La communauté scientifique n'a pas démontré l'existence d'un lien de causalité entre l'introduction du Gaucho dans les cultures agricoles et l'augmentation de la mortalité des abeilles », a tranché, dans une décision datée du 1er avril, le juge d'instruction chargé de l'enquête sur la responsabilité du pesticide commercialisé par le groupe Bayer dans la disparition des butineuses.

Depuis 2001, le groupe faisait l'objet d'une information judiciaire concernant son produit, soupçonné de provoquer la disparition de cheptels d'abeilles, et qui fait aujourd'hui l'objet de restrictions en Europe.

Lire la suite ici

Mis en ligne par endehors, a 13:41 dans la rubrique "Ecologie".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


POURQUOI LE VOTE BLANC AUJOURD'HUI ?
Le Parlement a adopté définitivement mercredi 12 février 2014 une proposition de loi centriste visant à faire reconnaître le vote blanc.

Eternellement insatisfait des propositions et pratiques d’une classe politique dont je me méfie, j’ai longtemps pensé que la reconnaissance du vote blanc serait un progrès. Je n’en suis plus sûr aujourd’hui !

Deux raisons expliquent ce scepticisme : 

- la reconnaissance du vote blanc ne changera fondamentalement rien, ni aux pratiques politiques, ni aux résultats des élections… S’il est une reconnaissance tout à fait symbolique de la défiance par rapport aux politiciens, il n’en sera aucunement une quelconque sanction ;

- la reconnaissance officielle du vote blanc coïncide étrangement avec une montée régulière de l’abstention

C’est cette seconde raison qui est troublante. Y a-t-il un lien entre les niveaux considérables atteints par l’abstention et la reconnaissance du vote blanc. Au premier abord on pourrait croire qu’il s’agit d’institutionnaliser, dans le cadre du processus électoral, le mécontentement. Soit ! Mais alors quelle signification a une telle reconnaissance ? Fondamentalement aucune. Alors pourquoi ?

Le niveau d’abstention aux élections n’est peut-être pas étranger à cette reconnaissance. Tant que l’abstention était considérée comme une pratique de « citoyens irresponsables » et de « pêcheurs à la ligne », elle ne faisait pas peur aux politiciens,… ils s’en accommodaient. Or, depuis quelques années l’abstention change de nature. Il est clair aux yeux de tous qu’elle est une attitude politique, celle du refus des promesses et pratiques de la classe politique. L’abstention n’est plus un phénomène marginal, mais une composante de la vie politique. L’abstention apparaît aujourd’hui au système électoral dit démocratique, ce qu’est l’exil pour les systèmes totalitaires.

Il est évident qu’une telle situation est inacceptable pour les politiciens qui ont besoin d’une légitimité pour exister. Le calcul des pourcentages qui ne se fait que sur les bulletins effectivement déposés dans les urnes est en passe de devenir obsolète. L’abstention est leur négation. Il leur faut donc enrayer cette logique mortifère pour eux. 

Autrement dit, soyons clair : la reconnaissance du vote blanc est une manière de piéger les abstentionnistes pour leur faire retrouver, de manière détournée, le chemin des urnes. Tomberons-nous dans ce nouveau piège ?

 

Mis en ligne par Anonyme, a 13:28 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Mardi (22/04/14)
Emile Chapelier et la colonie « L’expérience »

Lu sur la feuille charbinoise : "Notre récente virée en Belgique m’a donné envie de m’intéresser à l’histoire du mouvement libertaire dans ce pays car elle est particulièrement riche. Un premier personnage, pratiquement inconnu en France, a retenu mon attention : il s’agit d’Emile Chapelier, un militant très actif au début du XXème siècle. L’une des « traces » qu’il a laissée dans l’histoire du mouvement social est la création de la colonie « l’expérience » dans la banlieue de Bruxelles.

EmileChapelier  Emile Chapelier devient anarchiste à l’âge de vingt ans. Contrairement à d’autres militants de sa génération, ce n’est pas en famille que se sont forgées ses convictions mais grâce à sa rencontre avec un vieux mineur anarchiste avec lequel il se lie d’amitié. Son enfance et son adolescence ont été particulièrement difficiles. Sa mère est morte alors qu’il était très jeune, et son père totalement illettré ne gagne pas assez d’argent pour qu’il puisse faire des études. Elevé par sa tante et son grand-père, il ne va à l’école que pendant une seule année. Le reste du temps il travaille pour gagner son pain ; il est tour à tour ouvrier maçon, cordonnier, puis mineur. Ses apprentissages intellectuels, il les commence donc bien tard, mais il met les bouchées doubles, suivant en cela les conseils de son ami qui lui a longuement expliqué l’importance de la connaissance dans tous les domaines. Il étudie en autodidacte et s’intéresse à l’orthographe, à la grammaire, à la philosophie et aux sciences. Ce parcours est d’autant plus remarquable que quelques années plus tard Chapelier va devenir un auteur prolifique, un conférencier apprécié, et un propagandiste acharné du communisme libertaire.

Mis en ligne par endehors, a 14:17 dans la rubrique "Histoire de l'anarchisme".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


De l’aide pour les étudiantes et étudiants lyonnais poursuivis en justice
Lu sur UtopLib : "Besoin de secours financier ! La répression du mouvement étudiant à Lyon-II, fin 2013, a fait trois victimes — trois syndicalistes de Solidaires-Étudiant, dont deux militantes d’Alternative libertaire. Ils et elles ont besoin d’un coup de pouce pour les frais d’avocats.
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 14:07 dans la rubrique "Actualité".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


"Comme si nous étions déjà libres"
Lu sur UtopLib : « La servilité des élites politiques actuelles en font les laquais des plus riches et des plus puissants, de sorte que les mécanismes de nos systèmes dits démocratiques ne réussissent pas à résoudre ni même à endiguer les crises dans lesquelles nous enfonce le capitalisme. Comment, alors, adviendra le changement ?

Dans cet essai, David Graeber guide le lecteur dans les rouages de la véritable démocratie pour déconstruire les idées reçues et réorienter de manière audacieuse notre compréhension de l’histoire politique. Chemin faisant, il cite des exemples qui pourraient servir de modèles pour une transformation du monde et qui ont d’ailleurs inspiré le mouvement des Indignados et Occupy Wall Street.
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 14:02 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Maïden et ses contradictions
Lu sur Mondialisme : "Ce texte, traduction d’un entretien entre un camarade ukrainien et un camarade tchèque, apporte, même si nous pouvons avoir parfois des désaccords avec certaines analyses ou formulations, une lumière nécessaire sur ce qui se déroule actuellement dans ce pays. Il est bien évident qu’il ne tient pas compte des derniers événements, qui évoluent rapidement. Mais, tel qu’il est, il reste valable pour l’essentiel et nous permet de mieux comprendre l’imbroglio ukrainien.
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 13:24 dans la rubrique "International".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Un million de signatures pour le « Robin des bois » de la finance
Lu sur Basta! : "Réduire la spéculation financière et redistribuer les richesses. Tels sont les objectifs de la taxe Robin des Bois. Cette mesure vise à dégager des dizaines de milliards d’euros chaque année pour lutter contre la pauvreté et le changement climatique, en taxant les transactions financières. Une idée soutenue par un collectif d’associations, dont Attac, Aides et Oxfam, qui ont lancé une grande pétition pour défendre son application. Le but : recueillir un million de signatures d’ici au 30 avril. Nous relayons leur appel.
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 13:09 dans la rubrique "Economie".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Lundi (21/04/14)
Ne laissez jamais vos principes devenir votre éthique
Lu sur le blog flegmatique d'Anne Archet : "Chaque fois qu’il y a des élections, l’éternel débat sur l’abstention refait surface. Ce qui me rassure un peu, c’est que nous sommes de plus en plus nombreux et nombreuses à être critique envers la démocratie libérale – voire envers la démocratie tout court (même si la plupart de mes camarades ne se rendent pas avec moi jusque-là, mais qui sait, ça viendra peut-être). Ce qu’il y a eu de nouveau cette fois-ci, c’est que je me suis fait qualifier à profusion d’anarchiste «dogmatique» par des quidams qui, ce faisant, insinuaient que je refuse de voter parce que ça fait partie de l’idéologie anarchiste et que, par obligation morale d’agir en accord avec les principes éternels tels qu’énoncés au XIXe siècle par Bakinoune et Krotopine, je me sens l’obligation de prêcher la bonne parole abstentionniste. À les écouter, il aurait non seulement fallu que je vote parce qu’il y avait péril en la demeure (c’est-à-dire, pour éviter que Libérez-nous des libéraux se remette à jouer à la radio), mais aussi par pragmatisme et par souci de démontrer que je ne suis pas dogmatique. Argument que je trouve assez tordu, puisqu’il m’a été servi par des gens férocement dogmatiques au sujet de l’importance vitale d’aller voter.
Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 20:54 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Après les cadeaux au patronat, Valls nous fait payer la facture

Lu sur Alternative libertaire : "A la sortie du conseil des ministres, ce mercredi 16 avril, Manuel Valls a un peu plus détaillé ce qui allait (encore !) nous tomber dessus.

L’objectif de ces nouvelles mesures d’austérité ? Financer les énormes cadeaux faits aux capitalistes à savoir :

  • 20 milliards d’euros de crédit d’impôt dans le cadre du « pacte de compétitivité »
  • 10 milliards d’euros dans le cadre du « pacte de responsabilité »
  • 4,5 milliards d’euros correspondant à la suppression des cotisations sociales sur les bas salaires
  • quelques dizaines de milliards supplémentaires pour « tenir les engagements de réduction des déficits publics », c’est-à-dire financer les spéculateurs...
  • Lire la suite ici
Mis en ligne par endehors, a 20:46 dans la rubrique "Actualité".
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)


Articles suivants



A l'affiche