L'En Dehors


Quotidien anarchiste individualiste





Crée le 18 mai 2002

Pour nous contacter : endehors(a)no-log.org



Comment publier un article sur le site ?


Comment publier un commentaire à un article ?


Charte du site


D'où venons-nous ?


Nos références
( archives par thèmes )


Vous pouvez nous soutenir en commandant nos brochures :

Les éditions de L'En Dehors



Index des rubriques

Les collaborateurs et collaboratrices de l'En Dehors

Liens

Commentaires

A noter

Tribune
libertad : rfz l'article sur le Portugal date du 23 mars
libertad : Parleur l'article est déjà publié sur le site
libertad : Salut Mirobir !
Mirobir : Hey Libertad ! Toujour avec plaisir que je viens sur L'en dehors ;-)
patrick83 : pour info , j'ai le plaisir de vous informer la reconstruction du forum anarchiste ( l'original )c'est ici [Lien]
Rakshasa : Salut par ici !
libertad : salut, content de te revoir
Rakshasa : Salut ! Comme on ne peut pas répondre à l'article sur le 1er mai libertaire, je pose la question ici: quelqu'un saurait-il m'expliquer le sens de ce défilé, des actions menées, des mots d'ordre, etc ? C'est une vraie question, je ne comprends pas ces 500 à 1000 libertaires.
libertad : jOn, l'article est déjà publié : [Lien]
j0n : oups... super !
flippy : bonjour je viens d'envoyer un article sur le coup d'état au burkina, ya une grosse mise à jour à faire !
rfz : prendre l'expresss ou les poings comme source, ça me choque. mais alors des nazillards non !

(regarde un peu le fil Adяienne, c'est pas très clean)


Recherche

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Mardi 28 Juin 2016
Comment l'Union Européenne a poussé la France à la réforme du droit du travail
--> Même si les travailleurs français ne le savent pas, ils mènent une bataille européenne

La lutte actuelle en France sur les réformes du droit du travail est non seulement entre le gouvernement et les syndicats mais aussi une bataille européenne. Les attaques contre les droits sociaux proviennent en grande partie des règles de l'UE surnommé «gouvernance économique», inventées pour imposer des politiques d'austérité sur les Etats membres.

Photo: FO

Les grèves et les actions à travers la France contre la réforme des protections du travail du pays, connue sous le nom de la loi El Khomri, démontrent l'immense impopularité des mesures proposées par le gouvernement français. Surtout parmi celles-ci, de donner la préférence à des accords d'entreprises sur les salaires et les conditions de travail, lorsque les conditions de ces accords sont moins favorables que la norme inscrite dans la législation nationale. Ceci est une tentative ouverte de saper la négociation collective et de faire reculer l'influence des syndicats.

En fin de compte, le gouvernement français a la responsabilité formelle de l'affaiblissement de la protection du travail. Mais il est indéniable que l'Union européenne joue un rôle important et peut-être décisif dans les attaques sur le droit du travail. Ce que nous voyons c'est l'UE lancer son règlement à la figure des travailleurs français. Pratiquement toutes les nouvelles règles sur la soi-disant «gouvernance économique» adoptée à la suite de la crise de l'euro ont été appliquées, et font de la France un cas-test de l'UE. La Commission européenne, avec le soutien du Conseil, a utilisé les règles sur les déficits des Etats membres pour faire pression, menaçant de sanctions, si le gouvernement français ne cédait pas afin de réformer sérieusement sa législation du travail. Autrement dit, la France est tenue d'assurer une meilleure rentabilité pour les entreprises par la baisse des salaires.

Comment tout cela est-il possible?

Des sanctions plus probables aujourd'hui

Tout d'abord, les réformes en France sont liées au déficit du pays. Comme la plupart des autres Etats membres de l'UE, les finances de l'Etat avaient l'air assez mauvaises dans la foulée de la crise financière de 2008. En 2009, une procédure a été ouverte contre la France pour violation des règles de l'UE qui prévoient que le déficit ne doit pas être supérieur à 3 pour cent du PIB. Si elle poussée à l'extrême, cette «procédure de déficit excessif» peut entraîner une amende de plusieurs milliards d'euros , et - au moins dans le cas de la France - une grave perte de confiance de ses partenaires de l' UE.

La «procédure de déficit excessif» a été renforcée avec le paquet de six mesures législatives visant à renforcer la gouvernance économique en 2011 - un élément clé de l'ensemble de la gouvernance économique d'austérité qui a introduit un vote à la majorité inversée au sein du Conseil : si la Commission décide d'une amende envers un Etat membre, comme elle a menacé de le faire pour la France, il devra y avoir une majorité qualifiée contre la mesure des autres Etats membres pour la bloquer. De bonnes raisons pour le gouvernement français d'être légèrement inquiet - et une arme à utiliser dans sa tentative de convaincre les parlementaires. La probabilité de sanctions pour ne pas atteindre les objectifs de déficit budgétaire est beaucoup plus grande que dans le passé, lorsque l'Allemagne et la France ont échappé à cette humiliation. Mais comment répondre à des objectifs stricts de la Commission, et comment se comporter pour satisfaire la Commission, c'est ce qui lie clairement la loi El Khomri en France au régime d'austérité en cours de déploiement à partir de Bruxelles.

Activation de demandes de "réformes structurelles"

Être «dans la procédure», signifie que vous êtes sous la surveillance étroite par la Commission, et à intervalles réguliers, le cas du déficit français a été mis en avant lors des réunions avec les ministres des États membres, qui ont évalué si la France (dans ce cas) a fait des efforts suffisants pour remédier au problème. Des recommandations spécifiques ont été faites, mais jusqu'en 2013 le droit du travail a été à peine mentionné. Les recommandations sont liées au développement du déficit, s'il diminue au rythme requis. Mais en 2013, il y eut un ton nouveau dans les recommandations de la Commission. Ila été demandé à la France d'atteindre ses objectifs de déficit "par des réformes structurelles globales", conformément aux recommandations du Conseil "dans le cadre du semestre européen" . Les réformes structurelles ne sont pas une mince affaire. Elles sont définies comme des changements qui affectent "les moteurs fondamentaux de la croissance par la libéralisation des marchés du travail, des produits etc". Ces ambitions ont commencé à être imposée à la France au semestre européen.

Mais qu'est-ce que le semestre européen? C'est une procédure impliquant la Commission et le Conseil qui se termine par une série de recommandations pour des réformes à chaque État membre, sur la base d'une proposition de la Commission. Au début, en 2011, les recommandations étaient non contraignantes, mais en 2013, un nouvel ensemble de règles sont entrées en vigueur en vertu du « two pack » (deux règlements européens adoptés en mai 2013, visant à renforcer la surveillance budgétaire dans la zone euro), une autre partie du paquet de la gouvernance économique destinée à faire respecter l'austérité. Un des règlements dans ce paquet, portait sur ​​des mesures pour garantir que les déficits ont été corrigés, et entre autres choses, il a été fait un lien entre la procédure de déficit et du semestre européen . Si un Etat membre est en vertu de la procédure de déficit - comme la France - il faudrait élaborer un «Programme de partenariat économique» qui comprend les recommandations du Conseil -typiquement le genre de réformes structurelles qui auraient un impact évident. Si le programme n'est pas suivi, alors il aura une incidence sur la décision de la Commission d'ouvrir la phase finale de la procédure de déficit: des sanctions sous la forme d'une amende de milliards de valeur.

Ainsi, lorsque le paquet de mesures est entré en vigueur au début de 2013, le ton des messages vers la France sur son déficit a changé. Il est maintenant demandé à la France de mettre en œuvre des «réformes structurelles globales" de son droit du travail et du système de retraite. Cela a une incidence sur la façon dont la France serait traitée selon la procédure de déficit et si viendraient ou non des sanctions, et pour cette raison, ces recommandations ont commencé à être plutôt des exigences.

En d'autres termes: alors que les recommandations spécifiques des pays précédemment adoptées dans le cadre du semestre européen étaient juste indicatives, avec le « two pack » à partir de 2013, le non-respect pourrait conduire la Commission à prendre la prochaine étape vers des sanctions.

"Taillez dans les salaires maintenant!"

Il y a plus.
Dans les premiers stades de la crise de l'euro une autre procédure a été introduite qui devait être mise en oeuvre en parallèle à la procédure de déficit: la « Procédurede déséquilibre macroéconomique». Cette procédure permet à la Commission de suivre l'évolution des économies des Etats membres sur la base d'un ensemble prédéfini d'indicateurs. L'un d'eux - peut-être le plus important - mesure à quelle hauteur les coûts de main-d'œuvre sont en développement (coûts salariaux unitaires). Si les salaires ne sont pas tenus contenus, la compétitivité en souffre et des mesures doivent être prises.

La « Procédure de déséquilibre macroéconomique» est également une arme puissante, car elle peut entraîner une amende si un Etat membre de la zone euro franchit la ligne à plusieurs reprises et pendant une longue période. Et la France a été dans le collimateur de la Commission depuis un certain temps. La Commission a étudié le droit du travail français et identifié les facteurs qui contribuent "à limiter la capacité des entreprises à négocier l' ajustement des salaires vers le bas" , et le gouvernement français a été averti - tout comme beaucoup d' autres Etats membres - à propos de l' évolution des salaires. En 2014, la Commission a déclaré " la croissance des coûts salariaux unitaires est relativement contenue , mais ne montre aucune amélioration de la compétitivité des coûts. La rentabilité des entreprises privées reste faible, ce qui limite les perspectives de désendettement et de la capacité d'investissement. "

Les appels à l'action pour améliorer la rentabilité des entreprises privées ont été envoyés de Bruxelles à la France à de nombreuses reprises au cours des deux dernières années, et ont gagné en force. Jusqu'à présent, le point culminant était en Février 2015, lorsque la Commission a intensifié la procédure et distingué la Bulgarie et de la France comme les cas les plus urgents. La décision a mis la France uniquement à un petit pas de la dernière étape de la procédure redoutée de déséquilibre, la «procédure de déséquilibre excessif» qui implique - exactement comme la procédure de déficit - une amende énorme. Si toutes les amendes sont mis ensemble – celle de la procédure de déficit et celle de la procédure concernant les déséquilibres - cela pourrait se chiffrer à 0,5 pour cent du PIB, ou dans le cas de la France, environ 11 milliards €.

Le décompte final

Une telle perspective devait être terrifiante pour le gouvernement français, et en 2015 il fallait arriver à proposer quelque chose de substanciel pour apaiser la Commission européenne et ses partenaires au sein du Conseil. En Mars il a été donné deux ans à la France pour mettre sa maison en ordre, et s'il y avait un doute sur la façon d'y arriver, le message à la France en Juillet était clair. La Recommandation par pays spécifique n ° 6 à la France dans le cadre du semestre européen, comprend un appel à «la réforme du droit du travail permettant de fournir davantage d'incitations pour les employeurs d'embaucher des contrats à durée indéterminée. Faciliter les dérogations pour les entreprise au niveau des dispositions générales de branche, notamment en ce qui concerne l'aménagement du temps de travail». En d'autres termes, les réformes au centre du conflit avec la loi El Khomri.

La recommandation a été un copie-collé à partir d' une proposition de la Commission ; celle qui a frappé une corde sensible des groupes de pression des entreprises. Dans le «Baromètre de la réforme» annuelle de BusinessEurope, une procédure mise en place pour influencer le semestre européen, l'association patronale française MEDEF était enthousiaste à propos de la démarche, qualifiée d' «extrêmement importante» dans sa contribution au Baromètre de la réforme 2016.

Fin du jeu

Qui exactement est à l'origine de ce qui depuis l'été 2015 est l'objet d'un débat intense ? Le Média français Mediapart suggère que le gouvernement allemand aurait pu jouer un grand rôle dans la conception des réformes françaises, tandis que d' autres croient que les détails étaient entièrement faits maison. Dans tous les cas, on ne peut nier que les réformes ont été poussés fortement par l'Union européenne, plus précisément par la Commission et le Conseil. Et la poussée a été basée sur le tissu de règles relatives aux politiques économiques des Etats membres, parfois appelés «gouvernance économique», qui a été mis en oeuvre depuis 2010. Le renforcement de la procédure de déficit, le semestre européen, le « two pack » et la procédure de déséquilibre macroéconomique ont tous été utilisés dans le but pour lesquels ils ont été inventés: exercer une pression maximale sur les Etats membres pour adopter des politiques d'austérité.

Il existe d'autres exemples similaires en Europe à l'heure actuelle. En Italie et en Belgique aussi, vous voyez l'effet des nouveaux outils de l'Union européenne depuis 2010. Mais la France est spéciale par sa taille et sa puissance dans l'UE. La lutte en cours en France peut être considérée comme un test majeur pour la gouvernance économique européenne. Si un grand, puissant Etat membre de l'UE peut être poussé à attaquer les fondamentaux de son droit du du travail, le risque de mesures nouvelles et plus fortes sont beaucoup plus susceptibles à l'avenir. Même si les travailleurs français ne le savent pas, ils mènent une bataille européenne.

 

27 juin 2016 de l' UE en crise


Traduction d'un article paru en anglais sur http://www.corporateeurope.org/eu-crisis/2016/06/how-eu-pushed-france-reforms-labour-law
Ecrit par libertad, à 22:06 dans la rubrique "Pour comprendre".
Lien permanent 0 commentaires


Bonjour Tristesse #60 27.06.16 Manifs, Brexit, Macronneries et Balkanique
Ecrit par libertad, à 19:08 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Les chiffres des manifestations contre la Loi Travail
Ecrit par libertad, à 18:52 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


LoiTravail Nantes Une manif dans le calme. Les syndicats donnent RDV au PS fin août
Ecrit par libertad, à 18:42 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Encore beaucoup de monde dans la rue pour dire non à la #LoiTravail. Allez on recommence le 5 juillet !
Ecrit par libertad, à 18:40 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Poitiers : une centaine de militants devant le commissariat pour soutenir leurs camarades convoqués
Lu sur Centre Presse : "Une centaine de personnes sont venues soutenir, ce matin, leurs camarades identifiés lors de la manifestation contre la loi Travail du 19 mai et convoqués au commissariat de police de Poitiers
Lire la suite ici
Ecrit par libertad, à 18:38 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Dordogne : la CGT coupe l'électricité aux domiciles des parlementaires socialistes
Ecrit par libertad, à 18:24 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


LoiTravail : d'une manif à l'autre... la volte-face de la préfecture de Paris
Ecrit par libertad, à 10:40 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Usage idéologique à la mode du terme « islamophobie » : Pour couper court aux bruits de couloirs

Lu sur Non-fides : "A propos des manœuvres minables menées pour tenter de saboter le débat sur l’idéologie anti-islamophobe qui s’est déroulé au Rémouleur le 13 juin 2016, parce que faire taire, diffuser des ragots, calomnier et empêcher de débattre, c’est toujours asseoir son petit pouvoir sur un petit milieu.


Est annoncé pour la soirée du 13 juin au Rémouleur un débat qui doit permettre de questionner l’usage idéologique à la mode du terme « islamophobie ». Cette initiative, aussi nécessaire que courageuse, s’appuie sur un texte pertinent et argumenté intitulé « sur l’idéologie anti-islamophobe » [1]

Lire la suite ici

Ecrit par libertad, à 10:36 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Le Monde Libertaire mensuel n°1780

Le Monde Libertaire mensuel n°1780 vient de paraître.
(Sommaire et édito ici)
Il est disponible sur abonnement et dans tous les bons kiosques (pour connaître les points de vente près de chez vous : aller et taper Monde Libertaire.)

Ecrit par libertad, à 10:25 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Belgique : contre la loi Peeters Petit suivi de la mobilisation pour la grève générale du 24 Juin
Ecrit par libertad, à 10:17 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Canons à eaux, tirs de flashball... A Calais la police ne fait pas dans la dentelle. Une vingtaine de blessés hier
Ecrit par libertad, à 10:03 dans la rubrique "Actualité".
Lien permanent 0 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom